Google+

Le LUDION

Créateur d'émotions depuis 1976

 

Quand après une longue attente, j’ai appris que mon examen d’admission à la Chambre Nationale des Experts Spécialisés en Objets d’Art et de Collection se déroulerait en Auvergne, j’ai évidemment pensé que le jury m’interrogerait sur les orgues de Bort…

Six semaines à réviser la chimie des volcans, les déformations géologiques, la climatologie et les causes de l’érosion.

Fouchtra !

 

Puis on m’a indiqué que cela se passerait à Thiers. Comme il est de notoriété publique qu’un de mes confrères est à couteaux tirés avec moi, je n’ai pas été surpris outre-mesure, mais pas vraiment rassuré.
Fouchtra !

 

Puis une convocation me précisa que l’épreuve aurait lieu au bord de la RN 2089. Mon flair d’ancien louveteau, m’amena chez * * * * * * * * *, étape gastronomique sur la route des puys.
Alléluia !

 

Imaginez ! Pour cet examen redouté, j’ai eu accès au grenier virginal que même dans ses rêves les plus fous, le biffin ne rencontre plus. Une salle de danse et ses fantômes d’avant Vichy, son parquet de châtaignier, son comptoir, ses tables, sa caisse que les jeunes rosières passaient en gloussant, heureuses qu’elles étaient d’être invitées à guincher. Rien n’avait bougé depuis l’ancien lustre, seules les araignées dansaient encore au passage d’un moucheron.

Au fond, éclatant de pénombre, trois instruments à tuyaux.
salle
Un Lemoine en habit d’origine. Un Limonaire enturbanné de cloches. Au centre, un Godin argenté, comme chez Bocuse (*).

La poussière, lentement déposée, avait encalminé l’ensemble. Les tuyaux de montre tendaient leurs lèvres égueulées vers l’audacieux intrus ; je me sentais prince charmant. Quand les questions des gardiens de la tour fusèrent, de taille et d’estoc je défendais les belles, argumentais, et finalement fus admis à pénétrer la Chambre…

Si ma longue carrière de bretteur me permit de l’emporter, je ne dois pas oublier que la loyauté de mes inquisiteurs, leur sagesse et leur indulgence étaient fort grandes. D’ailleurs, les combattants d’avant Thiers, se retrouvèrent unis comme les mousquetaires devant un rôti de veau cardinal qui fit les frais de la nouvelle entente.

groupe

 

Ont participé, de gauche à droite :
Eric Bourgougnon – Conservateur du Musée des Musiques Populaires de Montluçon.
Jean-Michel Renard – Président national CNES.
Christian Béalu – Administrateur CNES, chargé des examens
André Bissonnet – Expert UFE
Philippe Crasse – votre impétrant serviteur.
Yvan Alauzet – Président régional Midi-Pyrénées CNES
Denis Bouchet – Conservateur du Musée de la Musique Mécanique des Gets

(*) Pour éviter de connaître de quel bois se chauffe Monsieur Paul, je précise qu’à l’abbaye de Collonges au Mont d’Or, c’est un orgue Gaudin qui ravit les convives.

Canard de Barbarie

Facebook

Où sommes-nous