Google+

Le LUDION

Créateur d'émotions depuis 1976

Alors pourquoi Pékin…

Outre la nécessité d’exporter que ressentent plus ou moins les entreprises françaises, et cela vers des marchés à l’exponentiel développement, nous au Ludion, avons toujours aimé rencontrer le monde à travers ce magnifique instrument de communication qu’est l’orgue de Barbarie. Nous nous sommes aussi souvenus que les chinois empreints de merveilleux, ont toujours su apprécier les délices mecanico-musicaux que les occidentaux venaient leur échanger contre de juteux contrats d’exploitation de comptoirs commerciaux. Leurs Empereurs ont été comblés d’automates, de pendules à système et de joaillerie musicales. Je m’en réfère à l’incroyable collection exposée dans l’enceinte de la Cité Interdite, déclarée Trésor National par Zhou En Lai, et sauvée  comme telle de la destruction quand les Gardes Rouges ont voulu dissoudre les traces de l’Ancien Régime.

Quelle chance pour nous tous… Même si la très grande majorité des touristes passent à coté de ce lieu magique, enchaînés par leurs petites guides rouges, nous sommes quelques uns à passer des heures à contempler les œuvres de Jacquet-Droz, de Cox ou d’un atelier cantonais spécialement créé à Guanzhou pour la satisfaction de l’Empereur. Un exaustif catalogue richement illustré, nous rafraichit la mémoire malgré des textes en mandarin. Notre présence se justifie en venant charmer les grands d’aujourd’hui, avec Maestro à automates et Cabinet Musical, histoire de leur faire goûter ce plaisir de Rois…

 

Quant à notre traversée de la Neva, c’est l’occasion pour notre groupe d’Artisans d’Art Français de proposer aux musées moscovites ses services de restaurateurs patentés et d’experts es conservation.

les hotes de la maison IgoumnovSi notre campagne de Russie n’a pas été comparable à celle de Napoléon, il faut bien reconnaître qu’il nous aurait fallu proposer outre nos compétences, le financement de l’opération et vraisemblablement aussi le sponsor qui aurait bouclé le tour de table. Les musées sont pauvres, n’ont pas les moyens d’entretenir leurs collections et pas toujours la possibilité de maintenir les salles d’exposition. Cependant leur volonté est grande de redonner lustre et éclats à leur passé et leur artisanat longtemps réduit à une production manouvrière, reprend des forces grâce aux échanges associatifs.

Si montrer est un grand plaisir, voir en est un autre, indispensable pour enrichir la connaissance de  tout créateur qui se respecte…

Un de ces grands moments a été la réception à la maison Igoumnov, résidence de son Excellence l’Ambassadeur de France en Russie et union symbolique du goût russe et du style français. Cette parcelle de République Française, meublée par les trésors du Mobilier National recèle à elle seule tout ce que nos métiers expriment et valorisent : tapisseries de haute lisse, pendules aux signatures prestigieuses, sièges et consoles de bois doré dans les salons d’apparat. Tout cela dans un écrin architectural qui transporte le visiteur dans un étonnant monde imaginaire digne des palais des premiers tsars…

Emotion aussi, car Son Excellence Jean Cadet et Madame, plus habitués aux  complexes relations internationales et aux secrets d’état, nous ont reçus avec gentillesse et simplicité, ont eu un mot pour chacun, partageant avec chaque spécialiste des plaisirs de collectionneurs.

 

Heureux qui  comme Eve et Philippe ont fait de beaux voyages, le singe sur l’épaule, le Piccolo en bandoulière, tendant leur sébile pour cheminer plus loin, colportant les savoirs, partageant le luxe et le plaisir, chevauchant les vaisseaux de la communication...

Canard de Barbarie

Facebook

Où sommes-nous