Google+

Le LUDION

Créateur d'émotions depuis 1976

Est-ce que le nom crée la fonction ? Avez vous déjà pensé au poids de la tradition quand on se regarde dans la glace et que l’on s’appelle Monsieur Gillette, ou que l’on s’installe au petit déjeuner, en face de Monsieur Frigidaire.

Est-ce que M. Limonaire était prédestiné, ou bien s’est il fait lui même la réputation que l’on sait. Etait-ce l’inné, le responsable, ou bien l’acquit a-t-il encore frappé ? De fait, et depuis cent cinquante ans, nous, les joueurs d’orgue de Barbarie, devons expliquer que " Limonaire " et " Orgue de Barbarie " ne sont pas synonymes.carte postale de musiciens de rue chinois

De tout temps, le joueur d’orgue a utilisé dans la rue un instrument portatif, autrefois à cylindre, maintenant à cartons, pour mendier (beaucoup moins souvent qu’on le croit), vendre des petits formats (ces partitions - feuilles volantes, qui diffusent les airs à la mode), pour attirer les badauds le temps d’un spectacle de montreurs d’ours ou de lanterne magique -déjà la diffusion des images a besoin d’une bande son. Le tourneur -manipulateur est souvent un voyageur dont l’accent (fort) le rend incompréhensible et l’appellation " de Barbarie " stigmatise cet homme étrange venu d’ailleurs. En Allemagne, il était surtout utilisé pour diffuser des textes séditieux… Ces chansonniers ont été les premiers à souffrir de l’avènement des totalitarismes qui ne supportent pas leurs accents libertaires.

A l’autre bout de la ville, sur le champ de foire, le forain, voyageur lui aussi, a besoin pour rentabiliser son " métier ", son " tournant ", de briller plus fort que ses voisins, de faire la roue, la plus grande possible, d’être vu et aussi entendu. Car tout le monde vous le dira, pour être bien vu , il faut être entendu…Et pour cela, avoir le plus beau, le plus gros, le plus riche des orgues de foire : alors il cherche un fournisseur, s’intéresse aux différentes marques, et choisi ce qui lui semble être la référence, j’ai nommé la maison Limonaire & Frères, installée à Paris, avenue Daumesnil, au N° 166.

reportage de l'illustration dans les ateliers Limonaire

Cette société fondée vers 1840, par le Monsieur du même nom, a su si bien réaliser, harmoniser, vanter, vendre ses instruments que de leur nom de marque, elle a fait un nom commun. Le comble. La Maison Limonaire a fermé en 1932. Les héritiers recherchent des traces de leur histoire familiale, et le nom est tombé dans le domaine public; ce qui fait qu’aujourd’hui, nous, fabricants d’orgues mécaniques de toute taille, sommes fiers de continuer la tradition et de fabriquer des limonaires et des orgues de barbarie.

Canard de Barbarie

Facebook

Où sommes-nous